jeudi 24 janvier 2013

Revue Traces n°176


Voici venu le numéro 176 de "Traces". Une revue pas tout à fait comme les autres. Alors, je vous arrête tout de suite. Il s'agit là du dernier numéro de cette revue. Après 50 années de bons et loyaux services, l'ancienne va prendre sa retraite. Je sais pas si vous vous rendez compte ce que ça fait 50 ans d'existence pour une publication tenue à bout de bras par un seul bonhomme, avec toutes les vicissitudes de la vie (professionnelles, familiales)...
Il reste que pour nous, les poézineurs, revuistes, "Traces" est presque devenue une légende. En tout cas, c'est la grand-mère de "Traction-brabant". Et d'ailleurs, c'est la grand-mère de pas mal d'autres revues. Celle à qui vous pensez quand vous êtes un peu découragé dans cette entreprise qui n'appelle pas de récompense, et au pire, les honneurs du soldat inconnu !
Surtout qu'à côté de "Traces", des éditions ont également existé, avec à la clé, plus de 200 recueils parus, si je ne fais pas erreur ! A la fin, ce sont des problèmes de santé qui ont eu raison de la persévérance de Michel-François Lavaur, son PDG.
Ainsi, ce numéro a été préparé par ses fille et petite-fille, et pour la première fois par ordinateur, sous l'oeil attentif du "maître", afin que soit célébrée en famille la petite entreprise de poésie.
Bon, la mise en page bordélique, dans laquelle alternent sur une même page textes et dessins de plusieurs personnes, a été quand même conservée, au moins en partie. C'eût été dommage d'abandonner l'une des caractéristiques phares de "Traces". Prenez en de la graine, les people de la poésie !
Sinon, dans ce numéro 176, la plupart des textes sont des hommages rendus à la fois à la revue, à l'homme Michel-François Lavaur, ainsi qu'à son oeuvre (notamment les recueils "Argos").
Parmi les contributeurs et amis, citons Claude Serreau, Alain Lebeau, Claude Cailleau, Jean-Pierre Thuillat, Georges Cathalo, Eric Simon, Jean Chatard, et aussi quelques poètes disparus, publiés par "Traces" : Norbert Lelubre, Robert Momeux, Moreau du Mans, Dagadès : ces poètes, leurs textes, vous pouvez y aller, c'est du solide. Peut-être d'ailleurs certains de leurs recueils sont-ils encore disponibles. Pour le savoir, il suffit de contacter la Fourbithèque de Michel-François Lavaur !

Pour en savoir plus sur la revue, les éditions Traces, Michel-François Lavaur, rendez-vous sur http://www.michelfrancoislavaur.fr/, et pour obtenir plus de renseignements, vous pouvez également écrire à krystel.lavaur@gmail.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire