mercredi 23 janvier 2013

Revue Népenthès n°6


Je viens de recevoir le numéro 6 de la revue "Népenthès" et sitôt débarqué dans ma boite à lettres, je me suis attaqué à sa lecture. Attaqué, c'est le mot, car cette revue, que dis-je cet édifice de poésie, ne contient pas moins de 400 pages ! Attention, cependant, "Nepenthès" va devenir, à partir de cette année, semestrielle, ce qui fera tout de même au total 800 pages de poésie par an, je vous explique pas le travail de conception et d'organisation !
Ce qui ne peut laisser indifférent, d'autant plus que la présentation de l'objet est class. Ce qui est suffisamment rare pour être signalé. Et pourtant, pourtant, malgré cette apparence luxueuse, la revue est démocratique ! Alors là, ça tourne carrément à l'exploit ! Pas besoin d'être le copain du copain de la copine du président pour y être publié sous couvert d'un comité de lecture, de la folie là, pour le coup !
J'espère juste que les participants à la revue sauront se montrer généreux avec elle, et pas seulement avec leurs langues ! Car des fois, y en a...
Et les styles sont très variés, des plus classiques (avec une partie dédiée aux rimes) pour l'époque aux plus modernes ou du moins contemporains. A signaler également une partie importante consacrée à la publication de nouvelles. Et enfin, un dossier consacré à un auteur influent pour la littérature contemporaine. Dans ce numéro 6, il s'agit d'Artaud.
Parmi tous les nombreux auteurs figurant au programme de "Népenthès", ma préférence va à quelques uns de ses fidèles : Guillaume Decourt, Vincent (qu'a pas de nom), Guillaume Siaudeau, Florian Tomasini, Laura Vasquez, Lionel Fondeville, Thierry Radière...Et un petit vieux qui écrit mieux qu'un jeune encore, il s'appelle Antonin Artaud, dont le texte "Sur le suicide" clôt ce numéro d'éclatante manière ! Un texte qui chie bien, quoi, comme dirait votre serviteur...

Pour en savoir plus sur la revue, allez faire un tour dans le blog : http://carchim.unblog.fr/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire