mardi 14 mars 2017

Revue Comme en poésie n°69

Le numéro 69 de la revue « Comme en poésie » (13,9 cms X 21 cms), animée par Jean-Pierre Lesieur, est consacré au moins en partie – numéro oblige ! – à l' « Eros en culotte courte », comme le montre la couverture.

Avec des poèmes sur le sujet de Jacques Bonnefon, Claude Albarède, Jean-Louis Desailly, Hervé Merlot, Jean-Marc Couvé, Thierry Radière, Christian Bulting, Edith Aurengo, Hans Limon, Yves Barré, Dirk Christiaens, Olivier Bonhomme, Hubert Le Boisselier, Françoise Geier, Bénédicte Lefeuvre, Stella Vinitchi Radulescu, Pierre Mélendez, Georges Cathalo, Véronique Joyaux, Alain-Jean Macé, ainsi que consacrés à d'autres thématiques, ceux de Gilles Grangier, Charles Orlac, Raymond Beyeler, Gérard Mottet, Mireille Podchlebnik, Didier Ober, Werner Lambersy, Gérard Le Gouic, Pierre Mironer, Marc Bonetto, Bruno Sourdin, Faustin Sullivan, Jeanpyer Poëls, Richard Taillefer.

La revue « Comme en poésie » comprend également l'édito de Jean-Pierre Lesieur, ses critiques de revues ou recueils de poésie, les critiques de Jean Chatard, la rubrique des « cartes légendées », la page ludoème de Denis Parmain.

Les illustrations sont de Jean-Marc Couvé, les collages (dont celui de couverture) de Ludovic Chaptal, de Philippe Soriano (photographie) et de Jean-Louis Guittard.

Extrait de ce numéro 69, « Sevran » de Raymond Beyeler :

   « La princesse chaldéenne néglige le paysage. Elle parle sans sommation à son forfait. Un discours crypté, aux yeux du monde.
     Quand l'accident-voyageur macule la motrice, elle fuit dans son Iphone. Pour la cité radieuse, il faut changer de ligne.

     Ses frères chargent secrètement leur mystique. C'est di-manche devant les écrans plats et les murs comminatoires, un désert borné.
   Les enfants, ici, ne savent pas lire. On a substitué le signe au Verbe, comme une régression tribale. Pour s'exprimer, on inverse les interjections.

     Il neige clandestinement à l'entresol quand, au-dessus, le vivant s'échoue.
    Et tout sombre aussi, sur les journaux frais, au café du Centre. Sauf en dernière page quelques hétaïres.

     C'est la guerre au fond des proches. Manquent encore les directives, et les drapeaux.
   Une épave se consume, rue de la Fraternité, où une chèvre sans papiers broute affectueusement la friche industrielle. »

Si vous souhaitez vous procurer la revue « Comme en poésie », dont le prix au numéro est de 3 €, contact : http://www.comme.en.poesie.over-blogcom/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire