mercredi 9 décembre 2015

Revue Décharge n°168





Le numéro 168 de la revue Décharge (14,9 cms X 20,9 cms) comprend des poèmes de Perrine Le Querrec, Guy Bellay, Daniel Biga, Hendrik Rost, Ulriche Koch, Yves Jouan, Bernard Le Blavec, Laurent Bouisset (dont le Citron gare vient d’éditer le premier recueil, intitulé « Dévore l’attente »),  Stéphane Casenobe, Alain Richer, Silvaine Arabo, Pierre Moréno, Eric Chassefière, Alhama Garcia, Marie-Christine Raygot, Le Golvan, Aude Courtiel.

Avec des chroniques de Georges Cathalo, Claude Vercey, Bernard Bretonnière, Christian Bulting, Ursula Hurson, Yves-Jacques Bouin, Alain Kewes, Bruno Berchoud, Mathias Lair, Jacmo (Jacques Morin, directeur de la revue), Michel Lamart.

Ainsi qu’avec les contributions d’Albertine Bededetto, Grégoire Damon, Gilles Plazy, Fabienne Roitel, Jean-Michel Robert, Antoine Boisseau, Patrick Argenté, Jean-Michel Robert, Michel Lamart, Luce Guilbaud, Jean-Pierre Nédélec, Christophe Stolowicki, sur le thème de l’enquête « Qu’attendez-vous des poètes ? », ainsi que les préfaces aux deux derniers recueils édités par Décharge (Polders d’Albertine Benedetto, Denis Hamel) de Nicole Drano-Stamberg et Jean-Louis Rambour.

Extrait de ce numéro 168, (choix du « Choix de Décharge » !) d’Aude Courtiel, « Juste tendresse » :

« Le sexe peuplé par vos images
Je pousse le plaisir partout où mes muscles se contractent
Pression souterraine sur le bout des doigts

Lâchez-moi sur la lune
Qu’elle ne me voit plus que la nuit
Qu’elle ne m’embrasse qu’en fermant les yeux

Que je sois rêve, libre, aimée librement
Hors du monde où nous ne sommes pas nées
Où nous ne pouvons naître ».

Et aussi ce propos rare, extrait de l'entretien entre Ursula Hurson et le poète interrogé, Hendrik Rost :

"UH : Comment faites-vous pour écrire des poèmes tout en ayant un emploi à temps complet ?

Hendrik Rost : C'est une décision qu'il faut prendre comme tout dans la vie. J'ai rencontré pas mal de gens dans ma vie qui m'ont assuré qu'ils écriraient bien, eux aussi, si seulement ils avaient le temps ! Alors j'ai répondu franchement que j'étais persuadé que, s'ils voulaient vraiment écrire, ils l'auraient déjà fait.

Ce n'est donc pas une question de temps, mais plutôt celle de l'importance que j'accorde aux choses. Si écrire des poèmes fait partie des choses  qui sont ancrées en moi, c'est à moi de les faire surgir".

Je signale enfin que la couverture de ce numéro, ainsi que les illustrations des pages intérieures, sont de Laurence Garnesson.

Pour en savoir plus sur la revue Décharge (le numéro 168 est vendu au prix de 8 €), rendez-vous sur son site : http://www.dechargelarevue.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire